France Bleu Orléans

Publié le par Jean-Luc Touly

Le voyage de Manuel Valls à Berlin pour la finale de la ligue des champions de football continue de faire des vagues. Une nouvelle association, le Front républicain d'intervention contre la corruption (FRICC) a déposé une plainte pénale ce mardi pour "détournements de fonds publics" auprès du procureur de la République de Paris. La secrétaire générale est Loirétaine.

Manuel Valls avec Michel Platini à Berlin, pour la finale de la Ligue des Champions © MaxPPP

Le Front républicain d'intervention contre la corruption (FRICC) est une association toute jeune. Elle a été créée au début du mois de juin par des anciens de l'ONG Anticor. Parmi ses membres, il y a une Loirétaine. Gabrielle Audefroy en est la secrétaire générale. Cette habitante de Meung-sur-Loire est révoltée par le voyage du Premier ministre en avion avec ses deux enfants. Son association a donc décidé de porter plainte pour "détournements de fonds publics" ce mardi devant le procureur de la République de Paris.

Le voyage de Manuel Valls était privé pour le FRICC

Manuel Valls a fait le voyage à Berlin le 6 juin pour assister à la finale de la Ligue des Champions de football entre Barcelone et la Juventus. Face au tollé provoqué par ce déplacement, le Premier ministre avait fini par admettre que "si c'était à refaire, je ne le referai pas." Il a également fait savoir qu'il rembourserait le prix du voyage de ses enfants. Mais pour le FRICC, il s'agit bel et bien d'un voyage privé.

"Il s'est fait embarquer par sa passion du football !"

Cela ne suffit pas, selon Gabrielle Audefroy : "il aurait dû payer en entier. C'est de l'argent public. C'est une faute. L'association a vu le jour le 3 juin et quelques jours après, le Premier ministre effectuait son voyage à Berlin. C'est le hasard du calendrier. Ce qu'on veut démontrer, c'est que le droit s'applique à tout le monde : citoyens, élus et même hauts dignitaires ! C'est génant parce-qu'il avait quand même un discours un peu rigoureux sur la transparence, " regrette la secrétaire générale du FRICC. "Il s'est fait embarquer par sa passion du football ! Il ne s'est pas rendu compte immédiatement qu'il avait dérapé. Maintenant le tribunal de grande instance de Paris tranchera. On n'est pas à la place des juges bien entendu. Par contre,l'association se posera des questions si la plainte est classée sans suite."

Commenter cet article