Nos élus souffrent-ils d’un dédoublement de personnalité ?

Publié le par Jean-Luc Touly

Le reportage de Cash Investigation du 7 septembre dernier, présenté par la journaliste Elise Lucet à « la carrière pathétique » m’a poussé à me demander si les déclarations et prises de positions de nos élus au sein des différents hémicycles étaient en adéquation avec leurs actions politiques au quotidien. En tant que jeune militant au sein du FRICC, je me suis cantonné, pour mon premier écrit, je le confesse, à un exercice simple : le thème choisi est celui du respect des Droits de l’Homme et mon regard s’est posé sur une Députée Européenne appartenant au « Groupe du Parti populaire européen», Rachida Dati. A première vue, Mme Dati est très impliquée dans ce combat : Elle est membre de la Commission des libertés civiles, de la justice et des affaires intérieures. De plus, elle est à l’initiative de nombreuses interventions écrites au Parlement Européen relatives à ce sujet (Convention des Nations unies relative aux droits des personnes handicapées, Persécution des chrétiens dans le monde, en liaison avec le meurtre d'étudiants au Kenya par le groupe terroriste Al-Shabaab, Journée internationale des Roms – anti-tziganisme en Europe et reconnaissance par l'UE de la journée de commémoration du génocide des Roms durant la Seconde Guerre mondiale, Rapport annuel sur les droits de l'homme et la démocratie dans le monde en 2013 et sur la politique de l'Union européenne en la matière…). Enfin, elle a même traversée l’Atlantique pour vérifier les conditions de détention des prisonniers de Guantanamo. Notons qu’un voyage à la prison des Baumettes à Marseille lui aurait évité d’être « jetlaguée », aurait été moins coûteux et tout aussi instructif : mais comme l’énoncent les proverbes suivants : c’est l’intention qui compte et les voyages forment la jeunesse… Cependant un voyage officiel, effectué du 14 au 19 mai 2015 en Azerbaïdjan, a attiré mon attention : il a été financé par l’Ambassade d’Azerbaïdjan et avait pour thème « le forum mondial sur le dialogue interculturel » en présence de la Première Dame (épouse du président). L’Azerbaïdjan ? Cette République laïque, si respectueuse des Droits de l’Homme, où, à chaque élection depuis 1991, le Président est élu avec plus de 80% des voix et détient avec ses proches la majorité des richesses du pays, où crier le mot « Liberté » sur la voie publique fait de vous un ennemi du régime et vous vaut un aller simple à la case prison… Arrêtons-nous un instant : comment notre Députée Européenne, si soucieuse des Droits de l’Homme peut-elle se rendre, la fleur au fusil, dans un pays qui manifestement est aux antipodes de son combat politique au sein du Parlement de Strasbourg ? Plus largement, nos élus souffrent-ils d’un dédoublement de personnalité ? En réalité, la réponse nous est apportée par Eric Ciotti, Député « Les Républicains » des Français de l’Etranger. Selon lui, si nous n’allons pas au-devant des pétrodollars de cet Etat, d’autres iront à notre place et surtout au regard du taux de chômage en France actuellement, toute aide extérieure est bonne à prendre. Avec ma candeur légendaire, je pensais que la représentation nationale, aux côtés du pouvoir exécutif, était élue pour trouver des solutions aux problèmes de nos concitoyens. La réalité est toute autre : D’un côté nous avons les grandes déclarations de nos élus, de tous bords, et de l’autre la réalité objective, cynique et peu reluisante : L’argent n’a pas d’odeur, peu importe son origine, tant qu’il peut aider nos élus à améliorer le quotidien des français et pourquoi pas le leur… Mais ceci est un autre débat…

Un adhérent du FRICC

Commenter cet article