Communiqué du FRICC du 14 octobre 2016

Publié le par Jean-Luc Touly

Communiqué du FRICC du 14 octobre 2016

 

Le jugement de la 17ème chambre correctionnelle de Paris, reconnaissant la bonne foi des 2 journalistes coauteurs du livre de 230 pages de 2013 "Henri Proglio, une réussite bien française, enquête sur le président d'EDF et ses réseaux les plus puissants de la République" aux éditions du moment, a été confirmé ce 13octobre devant la Cour d'Appel de Paris.

 

Henri Proglio se sentait diffamé sur un passage du livre page 80 au sujet d'un contrat de 1992 de 25 ans entre le groupe de la Générale des Eaux et Jean Marc Ayrault, maire de Nantes depuis 1989, concernant une usine pour le traitement de déchets "Arc en ciel" et il avait engagé une procédure à l’encontre des deux journalistes.

 

L’essentiel du passage poursuivi était Y-a-t-il eu un dessous de table de 12 millions de francs, payé par moitié par la société ONYX et pour l'autre moitié par la Générale de Chauffe ? Henri Proglio a dit un jour à Yann Le Doré (directeur général d'Onyx) : "Je te taxe de 6 millions de francs (sur la société Onyx), c'est pour Ayrault." "Je ne sais pas ce que Proglio en a fait", précise Le Doré

 

Ces propos incriminaient Henri Proglio et Jean Marc Ayrault (ancien 1er ministre de 2012 à 2014, ministre des affaires étrangères depuis le 11 février 2016), mais par ces décisions, les juridictions ont notamment reconnu le travail d’enquête sérieuse des deux journalistes.

 

On peut donc s'interroger sur ces méthodes inavouables en terme d'éthique et ces décisions devraient pour un homme d'Etat, maire à l'époque, le conduire à démissionner et le FRICC le lui demande.

 

Pour le FRICC

 

Le président 

JL Touly

http://fricc.over-blog.com/

Commenter cet article