AFP 28 novembre : Soupçons de conflit d'intérêt: Veolia se sépare du patron de sa branche Eau France

Publié le par Jean-Luc Touly

Paris, FRANCE | AFP | 28/11/2016 19:49 
 
 

Le patron de l'activité Eau France de Veolia, Alain Franchi, quittera le groupe fin 2016, selon une lettre envoyée lundi aux salariés par le PDG Antoine Frérot, quelques jours après la mise à pied de deux cadres de cette branche soupçonnés de conflit d'intérêt.

 

Le groupe va porter plainte contre X et les deux cadres de la branche Eau France qui étaient devenus actionnaires d'une petite société ayant obtenu un important contrat du groupe français ont fait l'objet "d'une convocation à entretien préalable de licenciement", selon ce courrier du PDG de Veolia que l'AFP a pu consulter.

 

Le groupe a confirmé ses informations, précisant qu'il ne s'agissait pas formellement d'un licenciement puisque le contrat du directeur général Eau France devait s'achever au 31 décembre 2016 et qu'il n'a donc pas été renouvelé.

 

Il sera remplacé par l'actuel directeur des activités en Italie, Frédéric Van Heems.

 

Jeudi dernier, deux hauts cadres de l'activité Eau de Veolia en France ont été mis à pied après la découverte qu'ils étaient devenus en 2015 actionnaires d'une société, Olky Payment Service Provider, alors qu'elle avait signé en 2014 un contrat de plusieurs millions d'euros avec Veolia pour la gestion d'une partie de sa facturation. 

 

Philippe Malterre, numéro deux de la branche Eau France, et Jean-Philippe Franchi, cadre de cette même branche et beau-frère de son directeur général, font désormais l'objet d'une procédure de licenciement.

 

"Je tiens à vous assurer de ma totale détermination, ainsi que celle du groupe, à faire toute la lumière sur ces agissements, et c'est la raison pour laquelle nous avons également décidé de porter plainte contre X", écrit le PDG de Veolia dans ce courrier aux salariés.

 

Le syndicat FO Veolia Ile-de-France a aussi décidé de porter plainte contre X dans ce dossier. 

 

Cette affaire "n'a pas pu être ignorée du PDG de Veolia Environnement", a dit à l'AFP Jean-Luc Touly, son secrétaire général, qui craint un "impact négatif pour l'entreprise et ses salariés". 

 

FO Veolia Ile-de-France sera représenté dans ce dossier par l'ancienne juge et eurodéputée Eva Joly et par Joseph Breham, avocat du Front républicain d'intervention contre la corruption (FRICC).

 

Un ancien salarié de la société luxembourgeoise en question, "licencié pour faute grave" parce qu'il ne cautionnait pas les agissements dont il a été témoin et qui souhaitait initialement porter plainte lui-même, témoignera dans le cadre de cette plainte, a précisé M. Touly.

 

Alain Franchi, avait pris la tête de l'activité Eau France de Veolia en 2013, alors que ses performances étaient affaiblies par un contexte difficile de baisse des prix de l'eau et un marché plus concurrentiel.

 

En quatre ans, cette activité qui regroupe actuellement 13.000 salariés a connu trois plans de départs volontaires, dont le dernier, doit être mis en oeuvre à partir du 15 décembre.

Commenter cet article