Rentiers d'Etat livre d'Yvan Stefanovitch aux Editions du Moment novembre 2015

Publié le par Jean-Luc Touly

La dette publique explose, l'Etat contraint les Français à se serrer la ceinture et, pourtant, une partie de notre élite politique et administrative touche des rémunérations de 7 000 à 20 000 euros net mensuels sans la moindre obligation de résultat ou d'assiduité. Cas le plus scandaleux, le Conseil économique social et environnemental qui coûte 40 millions d'euros par an au contribuable, et dont les 233 membres brassent de l'air en attendant une retraite princière.
Plus de 500 hauts fonctionnaires, sortis de grandes écoles, bénéficient ainsi d'un placard doré à vie après dix ans dans la fonction publique ou sur décision discrétionnaire du président de la République. Un système d'emplois fictifs qui cache souvent des nominations politiques. Citons plus de 30 ambassadeurs condamnés à rester chez eux, des dizaines de préfets fantômes, de conseillers d'Etat ou à la Cour des comptes, certains inspecteurs généraux des grands corps de contrôle et plusieurs généraux de gendarmerie, tous "absolument débordés".
Statistiques inédites à l'appui, l'ouvrage débusque cette armée de rentiers, dont les plus célèbres, retraités ou en activité, s'appellent Edouard Balladur, Jeannette Bougrab, Dominique de Villepin, Fadela Amara, Aquilino Morelle, Brice Hortefeux ou encore Jean Glavany. Jusqu'au président François Hollande qui a reconnu, en 1989, n'avoir eu aucune mission à effectuer à la Cour des comptes quand il y était en poste.
Une gabegie que nos dirigeants ne pourront dorénavant plus feindre d'ignorer.

Extrait : "l'un des leaders des frondeurs du PS; Jerôme Guedj, quarante-trois ans, conseiller général depuis 1998, élu municipal à Massy, président du Conseil général de l'Essonne de 2010 à 2015, avait été nommé inspecteur général de l'IGAS (Inspection Générale des Affaires Sociales) en 1996, de manière tout à fait normale à sa sortie de l'ENA. C dernier demandait de plus en plus de décharges au fil de ses nouveaux mandats. Résultat : Jérôme Guedj a participé à la rédaction seulement de 2 rapports collectifs publiés en 2009, 1 en 2010 et 1 autre en 2011. De juillet 2012 à avril 2015, la loi l'a obligé à être placé en détachement de l'IGAS en tant que député suppléant de François Lamy, devenu ministre délégué à la Ville. Aujourd'hui, il ne lui reste plus que son simple mandat de conseiller départemental (ex général). Aussi, ses collègues de l'IGAS espérent-ils le revoir..."

http://www.amazon.fr/Rentiers-dEtat-Yvan-Stefanovitch/dp/2354174276

Commenter cet article